loader-image

Couscous : Les Graines de la Dignité.

Synopsis :

Le couscous, avec ses différentes « recettes », constitue la base alimentaire de l’ensemble des populations du Maghreb, dont la Tunisie. Il est pour cette région, ce qu’est le riz pour une grande partie de l’Asie.

Dans toutes les maisons tunisiennes, le visiteur est forcément reçu autour d’un couscous. Mais si dans les maisons aisées, le couscous est un plat possible parmi tant d’autres, dans les maisons pauvres, le couscous, même « nu », est souvent le plat quotidien. Au-delà des normes traditionnelles de l’hospitalité, de la nature et de la qualité de la « garniture » qui couvre le couscous, un plat de couscous est aussi une mine d’informations sur les conditions économiques, sociales, « culturelles » et même écologiques de celles (souvent) et de ceux (plus rarement) qui le « fabriquent », le cuisinent et l’offrent.

En se concentrant sur la production des céréales nécessaires et sur les conditions politiques, sociales, économiques et écologiques de fabrication et de préparation du couscous, le film « Couscous : les Graines de la Dignité » essaie de montrer qu’au-delà des discours et des postures idéologiques et/ou académiques, la question alimentaire est au cœur des problématiques liées à la dignité humaine individuelle et collective, à l’indépendance et à la souveraineté alimentaire familiales, locales et nationales. Pratiquement autosuffisante en céréales jusqu’au début du 20ème siècle, la Tunisie importe aujourd’hui plus de la moitié de ses besoins et voit sa dépendance alimentaire s’aggraver d’une année à l’autre.

La dignité, qui a été la demande principale des centaines de milliers de personnes -femmes et hommes- qui se sont soulevées en décembre 2010 et janvier 2011 et ont réussi à faire tomber la dictature de ben Ali, signifie aussi la capacité à pouvoir se nourrir sans devoir tendre la main. La dignité que cherchait Mohamed Bouazizi avant de mettre fin à sa vie… Dans son geste, il y avait un cri déflagrateur : « La dignité ou la mort ». Dans « le peuple veut », il y avait aussi « le peuple veut la dignité alimentaire ».

Le film « Couscous : Les Graines de la Dignité » est d’abord une invitation à un débat ouvert, sérieux et collectif sur les politiques de dépendance alimentaire poursuivies par tous les gouvernements de la Tunisie indépendante, depuis la fin de la colonisation française directe et jusqu’à aujourd’hui, six ans après la chute du régime de Ben Ali. La Dignité n’est pas un slogan. C’est une condition de vie. Sans la souveraineté alimentaire, la dignité n’est plus qu’un abus de langage. Et sans une paysannerie indépendante et digne, il ne peut y avoir de dignité collective. La dignité de chacun.e est aussi dans l’assiette … de couscous.